• Vos plantes vivaces en Octobre

    Le sol est encore chaud, pas trop humide, les plantes s'enracinent rapidement. La seconde quinzaine du mois est très favorable à la plantation. Si les plantes commandées arrivent en période de pluie, il est prudent d'éviter l'effet nocif du piétinement en sol humide en utilisant des planches sur lesquelles on marche pendant le travail. Disposer les plantes sur le sol, là où elles doivent être plantées. S'il y a du soleil ou du vent, conserver l'emballage jusqu'à la dernière minute. Défaire les emballages.

    Techniques de plantation

    Avec un transplantoir, creuser un trou proportionné en profondeur et superficie aux racines de la plante. Si le sol est sec, arroser comme il a été indiqué pour les plantations de printemps.

    Maintenir la plante verticale ramener la terre de façon qu'elle pénètre sur et entre les racines, jusqu'à revenir au niveau primitif. Tasser avec les doigts ou au talon. Vérifier alors que la plante n'est pas trop enfoncée, au maximum de 2 à 3 cm en dessous du niveau de plantation précédent, que l'on repère à un changement de couleur de la tige, là où elle devient racine. Ne pas enfoncer à plus de 2 cm sous la terre les plantes qui ne sont qu'un paquet de racines avec des bourgeons (pivoines, hostas, fougères, par exemple).

    Repérage des plantes

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Certaines espèces ne montreront aucun signe de reprise jusqu'au printemps. Pour ne pas oublier leur existence sous terre, signaler leur emplacement par une étiquette portant le nom de l'espèce et sa variété. On peut utiliser des étiquettes en bois, métal ou matière plastique sur lesquelles on écrit avec un crayon zincographique ou un stylo feutre à encre indélébile. Les plus durables sont celles où l'on grave ou imprime un nom. Une bonne étiquette est assez longue (20 cm) si elle est enfoncée dans le sol, plus courte si elle est attachée à un bâtonnet d'environ 30 cm de haut. Un petit bâton ou un bambou peut signaler chaque souche individuellement. On peut aussi entourer les différents sujets d'un petit sillon de 2 cm de profondeur, mais il a tendance à disparaître avec les intempéries. Si, pour quelque raison, une plante a besoin d'être déplacée, le faire ce mois-ci après qu'elle aura fleuri. Poursuivre le nettoyage des massifs, ne rabattre au sol que les tiges donnant un aspect sale. Supprimer les fleurs fanées et les mauvaises herbes qui lèvent encore. Diviser les vieilles souches qui se dégarnissent au centre. Ne replanter que les morceaux vigoureux.

    Préparation des massifs

    On peut bêcher le sol pour une plantation immédiate ou printanière, surtout en sol lourd. On retourne aussi les vieilles plantations qui demandent une remise en forme complète, à cause de leur développement exagéré ou de l'assaut des mauvaises herbes. Il faut être vigilant et ne pas laisser la moindre parcelle de mauvaises herbes vivaces. Seules les annuelles peuvent servir d'engrais vert et être enterrées sous 25 cm de terre. Ne replanter que la partie externe des grosses souches, rejeter le centre dont les vieilles racines sont épuisées. Mettre un peu d'engrais.

    Créer une nouvelle plate-bande

    Si l'on pense l'établir dans une pelouse, attendre octobre et même au-delà. Avant, la terre serait trop dure et trop sèche à retourner. Pour tracer un pourtour irrégulier, utiliser les courbes du tuyau d'arrosage, facile à modeler, puis bêcher la découpe avant d'attaquer le centre. On décape d'abord le gazon qui, mis en tas, mottes retournées, fournira un excellent amendement plus tard, une fois décomposé. Ne pas retourner de grosses mottes d'herbe dans le sol, leur décomposition est très lente, elles laissent entre elles des poches d'air qui favorisent le dessèchement à la belle saison et compliquent le travail de plantation. La terre du massif devra recevoir un amendement : fumier, compost, tourbe enrichie selon sa qualité et ses exigences ainsi qu'un engrais complet.

    Traitement en surface

    Après bêchage, briser les grosses mottes avec une houe rotative ou un croc. Attention! si l'on retourne la terre au motoculteur ou à la motobêche, il faut savoir que le travail est très superficiel, les mottes sont mal enterrées ce n'est qu'un travail préliminaire. Il faudra continuer par un travail manuel plus fin avant plantation.

    En zone méditerranéenne

    Nettoyer les vivaces. Continuer les travaux de multiplication, division et bouturage. Mettre en place les plantes qui seront ainsi bien enracinées au printemps et résisteront mieux à la sécheresse de l'été.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :