• Vos plantes vivaces en Novembre

    Terminer les travaux du sol en cas de création ou de rénovation d'un massif (>>>voir Juillet<<<). On peut encore planter. Dans les sols lourds ou dans les zones froides, on attendra l'effet bénéfique de l'hiver et on plantera au printemps. Le nettoyage se poursuit, couper à ras les tiges ayant terminé leur floraison et celles qui sont gelées. Retirer les tuteurs ou soutiens inutiles, les ranger à l'abri, au sec, jusqu'à la saison prochaine. Un automne doux stimule l'action des escargots et limaces, prendre les dispositions d'usage. On met encore en place les plantes venues de chez le pépiniériste tant que le sol n'est pas trop humide ; on arrête dès qu'il est saturé d'eau ou qu'il menace de geler.

    Fabrication du compost

    >>>Cliquez ici<<< 

    Labour d’hiver d’un sol lourd

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Au milieu du mois, commencer le labour d'hiver, si le sol n'est pas trop collant. On utilise pour cette opération un fourche-bêche autour des plantes en place, une bêche si la place est libre et la terre non caillouteuse. L'action alternée du gel et du dégel réduit peu à peu les grosses mottes qui seront bonnes à biner et niveler au printemps. Enterrer les mauvaises herbes annuelles, retirer toutes les racines suspectes (orties, liseron , renoncule ...) lors de l'opération et les brûler. Un bêchage dans un massif planté doit être léger, de 7 à 8 cm de profondeur seulement, pour ne pas blesser les racines. On en profite pour enfouir un peu d'engrais à décomposition lente.

    Ramassage des feuilles mortes

     

    Par un beau jour sans vent de la fin du mois, balayer et ratisser les feuilles mortes. On les emploiera dans le silo à compost

    (>>>A voir: fabrication du compost<<<), ce qui donnera un excellent terreau de feuilles. Si les feuilles sont coriaces et difficiles à faire pourrir (charme, chêne, platane), on s'en servira pour protéger les plantes fragiles (agapanthe, iris, kniphofia, schizostylis...) formant une couche isolante dans les régions où de fortes gelées sont à craindre. En montagne, on ramassera dans ce dessein des aiguilles de conifères ou des branchages de sapin. Une épaisseur de 15 cm est nécessaire pour assurer une bonne isolation. Eliminer les feuilles qui pourrissent trop vite. Seuls, les racines et les bourgeons demandent une protection, on laissera dépasser les feuilles encore vertes. Recouvrir le tas de feuilles d'un gros pot à fleurs retourné ou de gros cailloux, de bâtons ou d'un paillasson, d'un film plastique perforé pour l'aération ; ceci évite la dispersion par le vent. On maintient cette couverture jusqu'en mars ou avril, selon les risques de gel et les régions.

    En zone méditerranéenne

    Continuer les travaux entrepris précédemment ( >>>voir octobre<<<).

    Les cactées et plantes grasses

    Veillez au drainage ; d'autre part, les fortes pluies de novembre risquent d'entraîner le sable où elles sont plantées. En remettre si possible.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :