• Vos plantes vivaces en juillet

    Continuer à rabattre les espèces à floraison précoce (suppression des tiges) ; pour les autres, on se limite à la suppression des fleurs fanées. Achillée, anthemis, coreopsis, gaillarde, marguerite, scabieuse et sidalcée comptent parmi les plantes dont la durée de floraison est la plus longue si l’on supprime régulièrement les fleurs fanées. Certaines, comme Achillea taygetea, produiront une seconde floraison si on les rabat sévèrement dès la fin de la première.

    Suppression des fleurs fanées

    Ne pas couper le feuillage des pivoines, mais simplement les fleurs fanées. Le feuillage est décoratif et la plante exige qu’il fane naturellement pour refleurir l’année suivante. Dans les jardins chauds, delphiniums et lupins refleurissent parfois si l’on coupe leurs tiges au ras du sol. Si les asters semblent manquer de vigueur, biner la terre à leur pied après avoir épandu un engrais organique. Les variétés hautes ou basses sont sensibles à l’oïdium. Eviter cette maladie en pulvérisant un fongicide approprié.

    Lutte contre la rouille

    La rouille atteint parfois les Campanula persicaefolia. Couper les feuilles malades et les brûler. Biner autour des plantes.

    Faire le plan des nouveaux massifs

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    C’est le moment de décider de l’emplacement et de la forme des nouveaux massifs pour une plantation d’automne. Choisir, si possible, un endroit dégagé permettant de créer une sorte d’îlot fleuri, visible sur toutes les faces. L’entretien en sera plus facile puisque le massif sera ainsi accessible de tous les côtés. Il est bon d’utiliser toutes sortes de plantes en mettant les plus basses au premier rang, puis les moyennes, les plus hautes enfin, qui formeront au centre des lignes verticales. L’emplacement bien dégagé est également préférable pour l’exposition des plantes, presque toutes les vivaces préfèrent le soleil. Si le décor du jardin est régulier, la forme du massif sera géométrique. Eviter la proximité des racines d’arbres, elles assèchent le sol en été et épuisent les réserves nutritives. Si une haie borde le massif, laisser un espace de 1 m : ses racines ont le même inconvénient que celles des arbres. Tout appui (mur, haie, clôture, etc…) réduit l’air et la lumière, les plantes poussent alors plus en hauteur et avec des tiges plus faibles. Choisir des espèces particulièrement résistantes pour éviter un gros travail de tuteurage.

    Forme des massifs

    Une forme très étroite n’est pas souhaitable, car elle ne donne pas une proportion agréable aux grandes plantes, mais il faut penser aussi qu’un massif trop large, accessible d’un seul côté, est difficile à entretenir. Une forme rectiligne donnera une meilleure harmonie qu’un contour irrégulier si le massif est limité d’un côté par un mur ou une haie droite. Une fois choisis le site et la forme, il faut commencer à préparer le terrain en vue d’une plantation d’automne.

    Suppression des mauvaises herbes

    Pour détruire les mauvaises herbes annuelles qui se propagent par semis, on peut, en respectant les instructions d’usage, appliquer un herbicide de contact. Après quelques jours, elles jaunissent ou brunissent. On les retourne en terre ou on les brûle. Quant aux mauvaises herbes vivaces, on les arrache, on les laisse sécher et on les élimine. Un sol léger peut être retourné dès que les mauvaises herbes sont nettoyées. Par contre en sol lourd, il faudra parfois attendre que les pluies d’automne soient tombées, ou même que l’action des gelées d’hiver soit passée. Dans ces conditions, une plantation printanière est recommandée.

    Apport d’engrais

    Une fois les mauvaises herbes supprimées, faire un apport de matières organiques, compost, fumier de ferme ou engrais complet. Un apport de tourbe servant de support à un engrais (tourbe enrichie) sera bien adapté dans de nombreux cas.

    Labour des massifs

    Commencer d’abord par faire une tranchée à une extrémité et emporter cette terre à l’autre bout, là où sera retourné le dernier sillon. Ameublir le fond de la tranchée à la fourche-bêche si le fond est dur ou compact. Cela permet une aération et un bon drainage surtout si le sol n’a pas été cultivé pendant longtemps. Ne pas retourner ce sous-sol s’il montre des traces d’argile, calcaire, marnes, sable ou graviers. Répandre l’engrais, terreau ou tourbe, régulièrement au fond de la tranchée, puis retourner le premier sillon à la bêche. Retirer toutes les racines de mauvaises herbes comme liseron, pissenlit, armoise, ainsi que cailloux rencontrés. On retourne toujours un terrain dans sa largeur. Niveler la surface au fur et à mesure.

    En Zone Méditerranéenne

    Maintenir les plantes vivaces par un bon arrosage et en conservant une atmosphère humide. Bouturer les cassias, la misère, les œillets mignardises, les santolines et les sauges.

    Cactées et plantes grasses

    Bouturer certaines plantes grasses (crassulacées) en laissant sécher les boutures à l’air libre avant de les mettre dans la terre.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :