• Vos fruitiers en juillet

    <style="text-align:><style="text-align:><style="text-align:><style="text-align:>

    Pour les arbres ayant des formes réduites (palmettes, fuseau, gobelet, etc.), il convient de surveiller les excès de végétation et de supprimer dès à présent quelques branches sans intérêt pour la forme future de l’arbre ; on en profite pour ‘ouvrir’ le centre des arbres et arbustes de façon à favoriser la pénétration de l’air, de la lumière, de l’ensoleillement et également des produits de traitement, ainsi les fruits seront mieux protégés et leur coloration en sera améliorée.

    Cassissiers

    Les fruits doivent être cueillis, de préférence, à parfaite maturité, pour qu’ils aient atteint leur parfum optimum, mais il ne faut pas dépasser ce stade, car, au-delà, les fruits de la plupart des variétés se détachent et ne peuvent être récupérés. On a intérêt à tailler les touffes de cassissiers après la récolte, pour favoriser la végétation des rameaux qui porteront des fruits l’année suivante ; conserver, de préférence, les rejets naissant sur les racines au-dessous du niveau du sol. Désherber et sarcler pour éviter que les touffes ne soient envahies par les mauvaises herbes. Les cassissiers sont parfois atteints par une maladie à virus, la réversion du cassis : les feuilles sont déformées, les nervures peu nombreuses, le feuillage vert foncé, la floraison précoce, mais il n’y a pas de fruits, car les fleurs coulent ; ce virus est transmis par un acarien, dont les dégâts se traduisent par des déformations des bourgeons. Il faut l’éliminer par des traitements avec un acaricide puissant du type dicofol. Les plantes les plus atteintes doivent être arrachées et brûlées.

    Cerisiers

    Si quelques gourmands se développaient intempestivement, les supprimer et veiller au bon équilibre de la forme générale de l’arbre.

    Fraisiers

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    La récolte  des fraises touche à sa fin ; les plants ayant assuré trois fructifications sont généralement fatigués, il faut les arracher et les brûler. Les feuilles sèches existant sur les pieds conservés seront ramassées et également brûlées ; lorsque la paille constituant le paillis placé autour des fraisiers sera sèche, la brûler sur place. Dans le cas de fraisiers remontants (‘profusion’), une deuxième récolte pourra être faite en fin d’été-début d’automne. Pour stimuler la végétation, appliquer un engrais complet à raison de 80 g au mètre carré, cet apport se fera après élimination des mauvaises herbes et des rejets inutiles, l’engrais ainsi épandu sera enfoui par un binage de surface. Les plus beaux stolons pourront être sélectionnés pour remplacer des ‘manques’ ou établir de nouvelles plantations. Les placer en attente dans des pots.

    Framboisiers

    La récolte des framboises se termine. Il est recommandé de supprimer dès à présent les pousses ayant porté des fruits et de conserver les pousses nouvellement développées. S’il s’agit de framboisiers remontants, ces rejets de l’année donneront une première fructification à l’automne ; s’il s’agit de framboisiers ordinaires, leur fructification aura lieu en juin-juillet de l’année suivante. Dans les deux cas, conserver les plus belles pousses ; par contre, supprimer les rejets faibles ou apparus trop loin du rang. Les rameaux conservés peuvent être palissés, compte tenu de leur mode de culture.

    Groseilliers à maquereau

    Les fruits doivent être récoltés au fur et à mesure de leur maturité.

    Pêchers et nectariniers

    Les rameaux de remplacement se développant sur les arbres en espaliers sont à palisser alors qu’ils sont encore suffisamment souples. La protection des fruits contre les oiseaux est facilement réalisée par la mise en place de filets protecteurs ; contre les guêpes, l’idéal serait de placer chaque fruit dans une pochette de mousseline ou de papier. Malheureusement, cette opération est toujours difficile à réaliser puisque ces fruits sont accolés au ramereau porteur et l’on reste désarmé.

    Pommiers et poiriers

    Il se produit dès à présent un ralentissement dans la végétation, désormais tous les soins et l’attention se reporteront sur les fruits. Par les nouvelles méthodes de taille et de conduite en arquant les rameaux, la fructification apparaît plus précocement, avant même parfois que les branches soient suffisamment fortes pour supporter le poids de leurs fruits ; il convient donc d’étayer ces branches par des supports individuels ou par des tirants fixés à un piquet central. Il faut surveiller constamment l’état sanitaire des arbres et se méfier des attaques des acariens, des chenilles défoliatrices, et surtout du carpocapse sur les pommes. Les pommes déjà parasitées par la chenille du carpocapse seront récoltées (beaucoup tombent prématurément) et détruites (on peut les utiliser en compotes) ; des bandes de toile ceinturant le tronc des arbres constituent d’excellents pièges où peuvent se réfugier ces chenilles ; on les brûle ensuite. Sur les branches des pommiers, les proliférations de pucerons lanigères, formant des amoncellements blancs laineux avec boursouflures des rameaux, seront nettoyées à l’aide d’un pinceau ou d’une petite brosse (brosse à dents usagée) trempés dans une solution à base de malathion ou de lindane. Les attaques tardives de tavelure, toujours à craindre, seront évitées par des pulvérisations avec des fongicides de synthèse. Les éclaircissages de fruits sont terminés. Sur les poiriers et pommiers conduits en cordons, espaliers, fuseaux, on pratiquera les pincements (sorte de taille d’été). Ce travail s’échelonnera sur les deux mois à venir, on l’exécute sur les rameaux de l’année dont la base commence à devenir ligneuse (on le vérifie en les courbant entre le pouce et l’index) ; pour cela, les tailler au sécateur au-dessus de la cinquième feuille à partir de la base. Pour effectuer les pincements, on visite les arbres d’assez près, aussi en profite-t-on pour contrôler que les attaches ou ligatures ne blessent pas les rameaux.

    Attention ! pour toutes les formes fruitières, les pousses terminales, dénommées « prolongements », qui permettront à l’arbre de prendre sa forme adulte et de remplir l’espace qui lui est destiné, ne sont jamais pincées.

    >>>A voir:Pincement des pommiers et poiriers<<< 

    Pruniers

    Etayer les branches lourdement chargées de fruits pour éviter leur cassure à l’occasion d’un vent plus violent que d’habitude. Les plaies de taille, et surtout celles qui sont occasionnées par des cassures accidentelles, seront aussitôt nettoyées, aseptisées et protégées pour éviter la propagation de la maladie du « plomb », très fréquente sur les pruniers et qui se traduit dès le départ de la végétation par un feuillage vert métallique, plombé. Les colonies de pucerons vert farineux du prunier seront traitées sans tarder avec un insecticide systémique. La bonne époque pour élaguer les pruniers et limiter les suintements de gomme au départ suivant de la végétation se situe aussitôt après la récolte des fruits ; cette date se justifie également par l’arrêt de végétation des pruniers qui est précoce. Lors de ces suppressions de branches (qui se pratiquent à la scie égoïne, tandis que le parement de la plaie se fait à la serpette), on cherchera à aérer le centre de l’arbre ; par la même occasion, il est aisé de supprimer les branches mortes qui sont facilement repérables à cette époque de l’année.

    Ronces, loganberries et autre hybrides

    Les nouvelles pousses sont palissés en les écartant de celles qui portent des fruits. Pour éviter que ces derniers ne soient parasités par des petits vers (larves d’un petit coléoptère spécifique à ces essences), pratiquer des pulvérisations à base de pyrèthre ou de roténone, la première 10 jours après la floraison, puis tous les 5 ou 6 jours. Désherber, arroser si la pluviosité est insuffisante, réajuster le paillis si nécessaire.

    Vigne

    Contrçoler la végétation des sarments conservés et porteurs de jeunes grappes de raisin, supprimer les sarments indésirables, laisser intact le rameau de remplacement, sur lequel on n’intervient que lorsqu’il se trouve dans la position du fructifère actuel, c’est-à-dire l’année suivante.

    En zone méditerranéenne

    Récolter les abricots, les citrons et les pêches. Arroser, à partir du 15 juillet, les oliviers qui souffrent de la sécheresse en été. Arroser les agrumes. Préparer le terrain pour les plantations d’automne en incorporant un engrais.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    </style="text-align:></style="text-align:></style="text-align:></style="text-align:>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :