• Vos bulbes et rhizomes en juin

    <style="text-align:> Vers la fin du mois, nettoyer tous les bulbes au feuillage jauni. Certains restent en place, sauf les touffes trop serrées (fritillaire, muscari, narcisse...). Les tulipes seront retirées du sol tous les ans. Enfoncer une fourche-bêche ou une bêche assez profondément pour arriver sous les racines. Placer les touffes arrachées dans des clayettes et les laisser sécher quelques jours dans un local sec et aéré. Lorsque les bulbes sont secs, les débarrasser des feuilles mortes, des racines, de la terre sèche et de tous autres détritus. Retirer les petites bulbilles, ou caïeux. Les jardiniers compétents les feront pousser deux ou trois ans avant de les faire fleurir. Brûler tout ce qui est abîmé, taché, malade ainsi que les débris. Disposer les bulbes dans des boîtes, des plateaux, ou de vieux bas filés qui éloignent les rongeurs et les étiqueter. Ranger ou suspendre dans un abri frais, sec et aéré. Dans les régions à climat doux, planter les anémones De Caen pour une floraison d'automne ou d'hiver, en rangées de 5 à 10 cm de profondeur et à 10 ou 15 cm les unes des autres. En massif, les disposer par taches. Sortir les bulbes délicats dehors arum, crinum, gloriosa, tubéreuse... à exposition ensoleillée. <style="text-align:> S'il ne pleut pas, arroser les bulbes en végétation (bégonias, glaïeuls...), sinon les fleurs peuvent avorter. Faire un arrosage très copieux, une fois par semaine, détremper la terre en profondeur. Un arrosage de surface favorise l'émission de racines superficielles, ce qui rend les plantes très sensibles à la sécheresse.  Dans les zones ventées, tuteurer avec des bambous les grands iris bulbeux en fleur ou cercler le massif à l'aide de quelques pieux fins et d'une ficelle de jardin.  </style="text-align:></style="text-align:>
    <style="text-align:><style="text-align:>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    Prélever les fleurs pour les vases de la maison (voir</style="text-align:></style="text-align:>>>>Avril<<<<style="text-align:><style="text-align:>), supprimer les tiges des fleurs mortes pour faire de la place aux autres.  Tailler à la cisaille les feuilles d'Iris unguicularis ou Iris stylosa presque à ras du sol. Le soleil fera mûrir les rhizomes, condition indispensable pour une bonne floraison l'an prochain.  Arracher les bulbes malades.  Faire un surfaçage d'engrais organique (fumier très décomposé ou compost, plus une poudre d'os ou de corne) dans les massifs libérés.  Traiter les lis avec un produit anticryptogamique si le temps est très humide, à titre préventif. Surveiller l'apparition d'insectes (pucerons) qui véhiculent des maladies à virus beaucoup plus graves. On reconnaît celles-ci aux marques jaunes sur les feuilles, à l'extrémité de la tige qui se rabat en forme de canne, aux pétales ou aux feuilles tordues, à une coloration pourpre des tiges et des feuilles. Il faut cependant faire attention, car ces symptômes peuvent être dus également à un manque d'eau, une piqûre d'insecte... Brûler tous les bulbes atteints de maladies ; se laver les mains avant de toucher les autres, car la sève véhicule les virus.</style="text-align:></style="text-align:>
    <style="text-align:><style="text-align:>

    Sous abri

    Mettre au repos les lachenalias fleuris en pots, ils attendront la reprise des arrosages en septembre. Mettre en pot les vallotas de façon que la pointe du bulbe affleure la surface de la terre.  Arroser régulièrement ; surveiller l'attaque des insectes et traiter le cas échéant.

    En zone méditerranéenne

    <style="text-align:> Arroser pour prolonger la végétation de façon à favoriser le grossissement des bulbes : les tulipes surtout sont sensibles à la sécheresse. Arroser copieusement les bulbes qui sont entrés en végétation et doivent fleurir cet été.  Préparer le terrain si l'on désire, à l'automne, planter d'autres bulbes à floraison printanière ; labourer à 35 cm et incorporer 3,5 kg de fumier de bovins bien décomposé, 30 g de superphosphate, 30 g de sulfate de potasse par mètre carré. </style="text-align:>

    <style="text-align:>

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    </style="text-align:></style="text-align:></style="text-align:>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>
    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :