• Les plantes annuelles, c'est quoi ?

    <script type="text/javascript" src="http://www.blogbang.com/demo/js/blogbang_ad.php?id=88546913ae&n=2&p=L&o=H&w=200&c=2&bg=1"></script>
     Les plantes annuelles, c'est quoi ?

    Ces espèces sont ainsi appelées parce qu’elles fleurissent puis meurent dans l’année même de leur semis. Leur développement est donc très rapide.

    Elles sont extrêmement variées tant par leur aspect que par leurs exigences culturales qui dépendent de leurs origines : selon qu’elles proviennent d’un climat voisin du nôtre ou, au contraire, de régions sensiblement plus chaudes, elles exigent, en effet, plus ou moins de chaleur surtout pendant la première phase de leur végétation.

    On peut, sous ce rapport, les diviser en fleurs annuelles non rustiques, demi-rustiques et rustiques.

     

    Espèces annuelles non rustique

    Ce sont soit de vraies plantes annuelles, soit des espèces vivaces dans leur climat d’origine mais cultivées comme annuelles sous le nôtre car elles ne sauraient y survivre l’hiver.

    Leur semis doit être précoce et leur germination exige alors un important appoint de chaleur artificielle qui peut être assuré soit en serre, soit, à défaut, sur couche et sous châssis.

    Certaines, à long cycle de végétation, comme les Bégonias gracilis et semperflorens, le lantana, le Pélargonium zonale, doivent être semées le plus tôt possible, à partir de janvier, pour obtenir une floraison assez précoce.

    La majorité des autres comme l’Amarante, la Célosie, la Ficoïde, l’Impatiens, etc., peuvent être semées un peu plus tardivement, en février-mars. Il est généralement indiqué de semer en caissette ou en terrine, puis de repiquer une première fois de la même façon.

    Un second repiquage est exécuté ensuite soit directement à même le sol de la couche ou des tablettes de serre, soit de préférence en godets qui permettent ultérieurement une transplantation en mottes. La plantation est différée jusqu’à ce que tout risque de gelée soit passé, soit durant la seconde quinzaine de mai sous le climat de la région parisienne.

    Dans ces conditions, la floraison débute généralement en juillet et, n’étant pas affectée par la chaleur du fait de l’origine de ces espèces, elle se prolonge pratiquement jusqu’à fin septembre et souvent même jusqu’aux gelées.

     

    Espèces annuelles demi-rustiques

    Ces plantes sont un peu moins exigeantes en chaleur que les précédentes et leur cycle végétatif est, en conséquence, plus court. Pour en obtenir une floraison précoce, elles peuvent être semées dès mars sous châssis, mais il est également possible, quitte à retarder quelque peu leur épanouissement, de le faire d’avril jusqu’en mai, en plein air, en pépinière bien exposée (côtière par exemple).

    Un repiquage en pleine terre ou de préférence en pots suit généralement le levée, et la mise en place peut avoir lieu en mai, comme pour les précédentes.

    Il s’écoule, en général, 3 mois entre la date du semis et celle du début de la floraison. Cette dernière se prolonge plus ou moins en arrière-saison, certaines espèces un peu plus tardives telles que les Œillets et Roses d’Inde, Reines-Marguerites, etc., s’épanouissant pratiquement jusqu’aux gelées.

     

    Espèces annuelles rustiques

    Elles dérivent généralement de plantes indigènes et sont comme telles parfaitement adaptées à notre climat.

    Il est possible de les semer dès mars, en pleine terre, en pépinière bien exposée et les semis peuvent ensuite se succéder jusqu’en juin.

    La multiplication a généralement lieu en pépinière avec repiquage comme dans le cas précédent mais certaines de ces espèces supportent très mal cette opération et il est, alors, préférable de les semer en place, puis de les éclaircir à distance convenable.

    Suivant les cas, la floraison débute 8 à 12 semaines après le semis mais elle est souvent plus brève que celle des annuelles demi-rustiques, de l’ordre de 1 mois à 1 mois et demi.

    La date du semis (entre mars et juin) détermine cette période d’épanouissement.

    Un certain nombre d’espèces que nous pourrions qualifier de « très rustiques » peuvent même être semées au début de l’automne, en septembre-octobre et hivernées à l’état de jeunes plantules.

    Leur floraison est alors particulièrement précoce et commence généralement dès mai-juin. Elle est très souvent de meilleure qualité et plus durable que celle des mêmes espèces multipliées au printemps, spécialement pour celles qui demandent à être semées en place telles que Centaurées annuelles, Pieds d’Alouette annuels par exemple.

    Il est à remarquer que la durée de la floraison de ces plantes annuelles rustiques et très rustiques est généralement nettement plus longue sous les climats maritimes suffisamment humides que dans les régions plus arides du Midi par exemple où les fleurs sont rapidement brûlées par la chaleur.


    <script type="text/javascript">// <![CDATA[ var promobenef_site = "67883"; var promobenef_minipub = "1"; var promobenef_format = "1"; // ]]></script> <script type="text/javascript" src="http://www.promobenef.com/pub/"></script>

    <script type="text/javascript">// <![CDATA[ WEBO_ZONE=1; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0; // ]]></script> <script type="text/javascript" src="http://script.weborama.fr/gold.js"></script> <script type="text/javascript">// <![CDATA[ if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,395864);} // ]]></script>

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :