• Le broyeur de jardin : Un allie precieux

    En quelques années, le broyeur de végétaux s’est imposé dans la plupart des jardins, et en partie parce qu’il est essentiel pour la préparation du compost.

    A première vue, c’est une machine assez barbare, un gosier avale-tout doté d’un insatiable appétit et qui fait pas mal de bruit. Toutefois, le broyeur a gagné ses galons dans le domaine de l’écologie. Il évite en effet que les déchets de taille et d’élagage ne soient envoyés à la déchetterie, ou brûlés, avec le risque que cela comporte. Et il permet de disposer de déchets végétaux calibrés, utilisables directement pour la préparation du compost ou pour le paillage.

    Electrique ou thermique ?

    La question ne se pose généralement pas dans la mesure où le broyeur électrique est : Plus facile à utiliser, plus facile à entretenir, plus léger, moins cher, plus adapté aux besoins d’un jardin d’amateur. Le seul inconvénient réside dans le câble électrique et la nécessité de disposer d’un raccordement. Le broyeur thermique s’impose évidemment sur les terrains où il n’y a pas d’électricité, ou dans les très grands jardins. En outre, dans les modèles haut de gamme, il offre une puissance supérieure et une plus grande capacité de broyage – mais il s’apparente alors davantage à une machine professionnelle.

    La puissance : une question d’usage

    Pour les machines électriques, elle va de 1600 W à 2500 W, pour les modèles courants sur le marché, et se traduit par une capacité de broyage plus ou moins grande : 30 mm, ou un peu plus pour les puissances inférieures, 40 mm pour 2500 W. La différence n’est négligeable techniquement pour la machine, mais elle n’est pas énorme pour l’utilisateur. On peut considérer que pour un jardin de 500 m², une machine de 1600 W est largement suffisante. Elle permet en effet de broyer la plus grande partie des déchets de taille des arbustes ornementaux et des arbres fruitiers. Une puissance de 2500 W apporte un meilleure confort d’utilisation, et elle peut être préférée sur les terrains entourés de haies et comportant beaucoup d’arbustes.

    Pour les broyeurs thermiques, vous pouvez opter pour un modèle de 6 ch (puissance nominale de 3600 kW), ce qui permet de broyer des branches de 45 mm de diamètre, c’est-à-dire déjà très grosses et de 50 mm pour une puissance de 9 ch. Ces machines ne sont pas très nombreuses sur le marché, et elles sont en général assez puissantes, car destinées à de grands terrains. Le poids est de l’ordre de 50 kg.

    Le broyeur : une machine sûre ?

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Un système d’entraînement efficace : C’est en tout cas un engin impressionnant, puisqu’il est capable d’écraser du bois sous un diamètre conséquent…Alors, a fortiori, un bras ? Toutefois, les machines actuelles présentent toutes un très bon niveau de sécurité, qui rend théoriquement impossible ce type d’accident. En effet, les déchets sont engagés dans la goulotte, qui peut-être verticale ou inclinée, mais c’est la machine elle-même qui se charge de les entraîner, en général par une vis sans fin. Il n’y a donc aucune raison de rentrer le bras par la goulotte (ou « cheminée »).

    En cas de blocage : Lorsqu’il y a surcharge, il arrive que le broyeur se bloque – grâce, précisément à un disjoncteur de sécurité. Pour remettre en route, sur les machines anciennes, il fallait démonter le carter, après arrêt, de manière à accéder manuellement aux couteaux, ce qui posait un problème de sécurité – en cas d’intervention précipitée, sans débranchement préalable. En revanche, les machines actuelles sont généralement dotées d’un système de marche arrière de déblocage, qui permet le déblocage immédiat, après redémarrage sans que la machine tourne – par un dispositif de débrayage. Avant d’acheter, vérifier la présence de ce système.

    Les autres éléments du choix

    Les roues : Elles sont indispensables pour le déplacement, mais pratiquement toutes les machines en sont aujourd’hui dotées. Une grande largeur de roues facilite le transport.

    Le bruit : Dans ce domaine, les choses ont beaucoup évolué depuis quelques années et les broyeurs actuels sont nettement plus silencieux. Cependant, certains modèles bénéficient d’une isolation antibruit plus poussée, et ils sont présentés par les fabricants avec la mention « silencieux » - une épaisseur du disque porte-lames conséquente réduisant aussi les vibrations. C’est un élément de confort non négligeable, pour vous et pour les voisins. La puissance sonore n’est pas toujours indiquée sur les catalogues, mais il faut se renseigner. Elle est acceptable quand elle est de l’ordre de 85 dB.

    Le système d’écrasement : Il peut être à disque muni de couteaux, et c’est le dispositif le plus courant. Il existe aussi un système d’écrasement par rouleaux broyeurs, qui offre l’intérêt de produire des déchets présentant de fines craquelures, ce qui facilite la pénétration des bactéries et favorise la préparation du compost.

    Le poids : Il est de l’ordre de 20 à 30 kg pour une machine électrique moyenne. Les broyeurs thermiques sont évidemment beaucoup plus lourds.

    L’entretien : Il est théoriquement nul pour une machine électrique, les lames étant inaffûtables. Il suffit donc de nettoyer et d’appliquer de temps en temps un lubrifiant en spray sur les couteaux. Pour les modèles thermiques, l’entretien est essentiellement celui du moteur.

    Les bons gestes

     

    Les règles d’utilisation : Ne forcez jamais la machine. Placez le broyeur sur une surface parfaitement stable et ferme, pour ne pas risquer de le voir verser pendant le travail. Quand il est en place, vérifiez que la sortie n’est pas obstruée ni gênée, par exemple par des feuillages. Utilisez éventuellement le sac pour récupérer les déchets, si votre machine en comporte un. Vous pouvez aussi utiliser un bac ou les charger à la pelle dans une brouette. Quand la machine est lancée, commencez à introduire les branches – dont le diamètre n’excède pas la capacité de coupe – par le gros bout. Ne cherchez pas à pousser les branches à la main, elles sont entraînées, ou poussées par la branche suivante. Si vous constatez un ralentissement de la vitesse de rotation, cessez d’ajouter des branches, jusqu’au retour du régime normal.

    Consignes de sécurité : A suivre absolument ! Portez des accessoires de sécurité habituels, en particulier des gants et des lunettes – les particules volantes peuvent être douloureuses si elles pénètrent dans un œil. Eloignez les enfants et les animaux domestiques de la zone de travail. Certains modèles comportent un blocage appelé « enfant », qu’il faut déconnecter pour mettre la machine en marche. En cas de blocage, utilisez le dispositif « marche arrière ». Si votre machine n’en comporte pas, coupez le moteur et intervenez avec un bâton. S’il faut démonter le carter, débranchez – ou retirez la clé de contact sur une machine thermique.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire conseil jardinage<<<


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :