• Tous les déchets végétaux de la maison et du jardin peuvent être transformés en cet amendement humique aussi précieux que le fumier. C’est donc une erreur de les jeter ou de les brûler comme on le fait souvent.

    le compostEntassez dans un coin retiré du jardin : fane de légumes, restes de cultures florales, mauvaises herbes, tontes de gazon, feuilles mortes, épluchures, marc de café, etc. Et les micro-organisme «fabricants d’humus » feront le reste… Rappelez-vous que, pour qu’ils prolifèrent au maximum, il leur faut un milieu aéré, riche en azote et bien pourvu en calcaire.

    Fabriquer son compost

    1 : Creusez une tranchée de 70 cm de largeur et de 30 cm de profondeur environ en déposant la terre extraite sur l’un des côtés. Si cette terre n’est pas calcaire par elle-même, additionnez-la de chaux ou de calcaire broyé au fur et à mesure de son extraction sur la base de 2 kg par mètre cube environ. Remplissez cette excavation de débris végétaux grossiers : trognons de choux, brindilles, etc., entre lesquels subsisteront d’importantes lacunes qui assureront aération et drainage.

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    2 : Entassez sur cette couche drainante un premier lit de déchets végétaux de 20 cm d’épaisseur en mélangeant ceux qui ont tendance à se tasser (tontes de gazon) avec d’autres plus élastiques de façon à mélanger une bonne aération de la masse. Saupoudrez la surface, à raison de 2 à 3 poignées par brouettée de matériaux, avec un produit « activateur » spécial. Arrosez légèrement pour faire pénétrer ces produits dans la masse. Recouvrez enfin avec une partie de la terre chaulée laissée en dépôt sur une dizaine de centimètres d’épaisseur.

    3 : Répétez les mêmes opérations, en superposant des couches successives de déchets et de terre jusqu’à ce que le tas atteigne environ 1 m de hauteur.

    4 : Afin d’accélérer la décomposition, démolissez le tas de compost 1 mois après son montage et reconstituez-le à côté. Secouez et mélangez alors ses différentes parties en plaçant à l’intérieur celles qui étaient au-dehors et vice versa. Arrosez légèrement les zones sèches qui sont imparfaitement transformées. Deux à quatre mois plus tard, selon la saison, votre compost sera prêt à l’emploi. Après criblage vous pouvez l’utiliser seul, en l’enfouissant à raison de 1 m3 par are. Vous en tirerez cependant meilleur parti, tout en l’enrichissant, en mélangeant chaque mètre cube de compost avec deux balles de tourbe humide, 10 kg d’engrais chimique complet, type « engrais de fond » et 10 kg de fumier déshydraté.

    Un tel amendement est supérieur au meilleur fumier naturel.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire fiches jardin<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique