• Artichaut

    <script type="text/javascript" src="http://www.blogbang.com/demo/js/blogbang_ad.php?id=88546913ae&n=2&p=L&o=H&w=200&c=2&bg=1"></script>

    Artichaut

    (Cynara scolymus)

    Vivace

    Vivace par son rhizome, l’Artichaut est néanmoins traité en culture comme une plante bisannuelle. Grandes feuille découpées, au milieu desquelles s’élève une longue tige supportant plusieurs inflorescences ou capitules qui, consommés crus ou cuits, constituent un aliment apprécié.

    Assez rustique en France pour y passer les hivers moyens, protégé par un buttage et une couverture de feuilles, l’Artichaut se plaît en terres fortes, fraîches et bien fumées, à exposition chaude.


    Graines

    Assez grosses, ovoïdes, grises, striées ou marbrées de brun. Le litre pèse 610 g. Le gramme contient 25 graines environ. La levée sur couche se fait en 8 à 10 jours et en pleine terre, en une vingtaine de jours.

     

    Multiplication

    Par semis :

    Semer sur couche en février-mars, en godets à raison de 3 ou 4 graines chacun.

    Planter en pleine terre en mai, en prenant soin de supprimer les plants trop épineux qui, retournant au type sauvage, ne donneraient jamais de bons produits. Très difficile à réussir, le semis n’est à employer que dans les régions lointaines où les œilletons ne peuvent parvenir en bon état après un trop long voyage.

    Par œilletons :

    C’est la méthode la plus employée et qui donne les meilleurs résultats. Les drageons sont séparés des pieds mères en mars-avril lors de leur débuttage puis plantés immédiatement. Il faut compter, par are, 125 à 150 pieds (soit 250 à 300 œilletons) qui donnent à la récolte 500 grosses têtes de regain.

     

    Terrain et fumure

    L’Artichaut est une plante exigeante. Il préfère une bonne terre profonde et riche, toujours fraîche et saine, la pourriture de l’Artichaut étant surtout à craindre l’hiver dans les sols humides. A l’automne qui précède la plantation, enterrer par un labour profond la fumure de fond, soit à l’are : 400-500 kg de fumier auquel vous ajouterez 10 kg d’engrais de fond à dominante phospho-potassique type Elitéine 4-12-20 par exemple. Au départ de la végétation, épandez 2 kg de nitrate et renouvelez cet apport après la première récolte pour stimuler la formation de nouveaux capitules. Le nitrate peut être avantageusement remplacé par un engrais complet riche en azote (Greenélite 16-8-8 par exemple).

     

    Plantation

    Elle s’effectue en mars-avril, en lignes espacées d’un mètre, les plants étant disposées en quinconce et à 80 cm d’intervalle sur les rangs, après habillage. Cette opération consiste à enlever toutes les parties pourries ou endommagées de la plante, puis à couper les extrémités des feuilles de façon à conserver aux œilletons une longueur de 20 cm environ ; les petites racines placées près du talon sont soigneusement conservées, car elles aident beaucoup à la reprise des plantes.

    Il est recommandable de planter deux œilletons à chaque emplacement choisi, espacés de 20 cm de façon à augmenter les chances de réussite. Si les deux œilletons reprennent bien, ils seront conservés tous deux.

    La touffe d’Artichaut sera simplement plus grosse.

    Les œilletons mis en terre à l’aide d’un plantoir ne doivent pas être enfoncés trop au-dessus de la souche. Serrer fortement la terre autour d’eux en réservant à la base de chaque plant une sorte de cuvette qui retiendra les eaux d’arrosage. Recouvrir le sol d’un paillis autour de chaque touffe, arroser aussitôt et copieusement.

    Dans le Midi, la plantation peut aussi être effectuée en août. On utilise alors des plants à l’état de repos, sans feuilles, provenant de pépinières spécialement établies par éclats faits à la fin de la production d’hiver.

     

    Entretien de la plantation avant la récolte

    Il faut compter que la première année, les Artichauts s’étendront sur un rayon de 30 cm. Environ. Sous cette réserve, l’espace restant pourra être occupé par des cultures intercalaires de légumes tels que haricots nains, salades, tec. Comme il est dit plus haut, on épandra 2 kg de nitrate de soude à l’are.

    En été, les arrosages seront fréquents et les binages aussi nombreux que possible parce que, tout en aidant la terre à se maintenir fraîche, ils détruisent les mauvaises herbes.

     

    Récolte

    Les têtes doivent être cueillies avant que les écailles du centre ne s’écartent et lorsque celles-ci se cassent encore franchement quand on les plie au-dehors.

    La première année de plantation la récolte commence en août pour se prolonger en septembre. Le jeune pied donne alors 3 têtes. Les années suivantes, la récolte se fera de mai à juillet, puis en septembre-octobre avec un rendement moyen de 6 têtes par pied.

     

    Soins d’hiver et de printemps

    En octobre couper aussi près que possible du collet, les tiges qui ont fleuri et raccourcir les trop grandes feuilles.

    En novembre, rabattre toutes les tiges à 25-30 cm au-dessus du sol et lier les touffes ; épandre la fumure d’entretien composée de 200 kg de fumier à demi décomposé et 5 kg d’Elitéine par are. Enfouir le tout par un labour profond.

    Par temps sain et très sec, butter chaque pied en ramenant la terre alentour sur une hauteur de 20 cm sans en recouvrir le cœur. Ce n’est, en effet, que lorsque le froid devient trop vif, qu’il est nécessaire de recouvrir chaque butte avec des feuilles ou du fumier pailleux. Dès que la température s’adoucit enlever cette deuxième couverture. Comme il a été dit en effet, l’Artichaut craint plus l’humidité stagnante et la pourriture que le froid pendant l’hiver. En mars-avril, détruire les buttes qui avaient été établies à l’automne et déchausser les touffes. Détacher et enlever toutes les pousse sauf les deux ou trois plus belles qui sont conservées en place pour la récolte de l’année. Epandre lors, pour compléter la fumure d’automne, 1 kg de nitrate de soude à l’are.

    Les soins à apporter par la suite à la plantation seront les mêmes que nous avons vus plus haut.

     

    Durée de la plantation

    Il n’y a pas d’intérêt à conserver une plantation d’Artichauts plus de 3 ans. On la renouvelle généralement par tiers tous les ans en se servant d’œilletons choisis parmi ceux que l’on détache des touffes lors du débuttage. Une plantation d’Artichauts ne doit pas être répétée sur une même place avant 3 ans.

     

    Variétés

    -Artichaut gros vert de Laon : haut de 80 cm, tête globuleuse, énorme, très charnue, écailles divergentes, de précocité moyenne, c’est le plus rustique au froid.

    -Artichaut gros camus de Bretagne : atteint 1.20 m, tête ronde, aplatie, très grosse, charnue, écailles appliquées sur la pomme, demi-rustique au froid.

    -Artichaut vert de Provence : Haut de 80 cm, tête allongée, petite, verte, écailles étroites, rustique à la chaleur. Sensible au froid.

    -Artichaut violet hâtif : haut de 60 cm, tête arrondie, petite, violacée, écailles étroites, rustique à la chaleur. Sensible au froid.

     

    Usage

    On consomme, soit crus, soit cuits, la base des écailles et le réceptacle ou fond d’Artichaut.

    On choisit de préférence les jeunes têtes qui sont plus tendres pour manger crues à la vinaigrette, conservant les plus développées pour manger cuites, accommodées de différentes façons. 

    <script type="text/javascript">// <![CDATA[ var promobenef_site = "67883"; var promobenef_minipub = "1"; var promobenef_format = "1"; // ]]></script> <script type="text/javascript" src="http://www.promobenef.com/pub/"></script>

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :