• Quel est le secret de ces jardins qui restent beaux à l’époque où beaucoup sont dénudés ? Les silhouettes, qui prennent encore plus de relief sous la neige ou lorsque le givre sculpte leurs formes douces, élégantes ou architecturées. Lorsqu’on choisit une plante, on s’intéresse surtout à sa floraison, parfois à l’originalité de son feuillage. Mais pense-t-on à ce qu’il en reste une fois la belle saison écoulée ? Les propriétaires de beaux jardins, eux, n’oublient jamais que sous nos latitudes, arbres et arbustes passent près de la moitié de l’année à se reposer !

    Saule pleureur, noisetier tortueux, bouleau blanc, cerisiers divers et surtout cornouillers nous régalent de leurs écorces colorées et de leurs formes tout à fait étonnantes.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>
    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<


    votre commentaire
  • Bouleversement climatique oblige, dans le Midi comme ailleurs, le jardinier doit faire face aux caprices de la météo. Voici quelques parades pour épargner le jardin.

    En consultant les bulletins de prévisions météorologiques, le jardinier peut parfois s’organiser afin de minimiser les dégâts provoqués par les intempéries. Planter des végétaux adaptés au climat de sa région est la première des précautions à prendre : plantes résistantes au vent, à la sécheresse, à la chaleur, aux embruns…Malgré toute la vigilance, face à des conditions climatiques exceptionnelles, on peut bien souvent que s’armer de patience et envisager les mesures à prévoir pour la prochaine fois.

    Trop de chaleur

    Les végétaux, même bien arrosés, souffrent de la chaleur excessive de l’air, qui provoque des brûlures sur les feuillages.

    Pailler : Il est impossible de protéger la partie aérienne des plantes, mais pailler les massifs sur 15 cm d’épaisseur permet de garder la fraîcheur du sol au niveau des racines.

    Bassiner : Déplacez les potées vers les lieux ombragés et humectez leur feuillage 2 fois par jour. Dans le nord de la France, laissez jaunir les pelouses, l’herbe reverdira avec les premières pluies.

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Ombrer ; Une plante qui pique du nez manque d’humidité atmosphérique. Il faut lui faire de l’ombre et éventuellement pulvériser de l’eau en fin brouillard. Les plantes vivaces desséchées par la chaleur peuvent être rabattues à 5 cm du sol.

    Trop de vent

    Tasser la terre : La tempête passée, tassez la terre autour des arbres ou arbustes qui ont été déchaussés. Redressez ceux qui ont été couchés, mais dont l’ensemble des racines est resté enveloppé de terre.

    Tailler : Taillez proprementles branches cassées. Il n’est pas utile de recouvrir la blessure de mastic, elle cicatrisera toute seule si elle n’est pas trop importante.

    Patienter : Attendez plusieurs mois avant d’arracher des végétaux qui semblent morts, ils peuvent repartir de leur souche. Observez attentivement tous les autres durant l’année qui suit la tempête.

    Trop d’eau

    Nettoyer le limon : Une brève inondation ne provoque guère de dégâts sur les plantes. Il faut nettoyer certaines parties du jardin (la rocaille) du limon qui s’est accumulé, entraînant un risque de pourriture. Si l’inondation dure, l’eau peut asphyxier les racines et faire mourir les plantes.

    Installer un drainage : Une inondation est l’occasion de vérifier le bon écoulement des eaux de pluie. Prévoyez le drainage des zones trop humides ou, pourquoi pas, l’aménagement d’un bassin dans les creux.

    Trop de froid

    Pailler : Dès que la vague de froid est annoncée, étalez une couche de feuilles mortes au pied des arbres et arbustes plantés à l’automne. Installez des piquets autour et déroulez une canisse que vous fixerez. Protégez le point de greffe des rosiers en les buttant sur 15 cm de hauteur.

    Protéger : Sur la terrasses, regroupez vos potées sur des plaques de polystyrène placées contre un mur abrité. Recouvrez-les de plastique à bulles.

    Enlever la neige : La neige est la meilleure protection contre le froid, mais elle pèse sur les végétaux à feuillage persistant (tel le romarin), qui risquent de casser. Secouez-les doucement et régulièrement.

    Rentrer : Si une plante a subi le gel, rentrez-la dans un local non chauffé (à 1 ou 2 °C), et attendez le printemps avant de tailler, il se peut que des bourgeons apparaissent.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire jardin du Midi<<<


    votre commentaire
  • Multiplier par oeilletonnage ou rejet afin d’assurer la succession d’une plante à partir de pousses qui prennent naissance à la base de certains végétaux. Ces rejets latéraux doivent porter feuilles et racines pour être prélevés.

    Prélever les rejets sur de fortes plantes et seulement lorsque ces rejets atteignent près de la moitié de la plante-mère avec 5 à 6 feuilles.

    Dépoter la plante-mère pour faciliter la séparation et rendre ainsi l’opération plus aisée.

    Utiliser le greffoir ou la main pour détacher le rejeton en lui conservant la maximum de racines pour faciliter la reprise.

    Empoter ces rejets en godet de (7) dans un mélange terreux formé de terreau de feuilles, terre de bruyère ou tourbe.

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Placer ensuite les jeunes plants empotés en serre à multiplication avec une forte chaleur de fond (28 à 30°) et une température ambiante de 25°.

    Assurer cette multiplication facile et rapide après la floraison chez les espèces broméliacées telles que Aechmea, Nidularium, Vriesea… Multiplication également utilisée pour le Sansevieria Laurentii.

    Maintenir après la reprise une bonne température avec une hygrométrie élevée et un arrosage constant.

    Eviter aux plantes le plein soleil, mais choisir un emplacement ombragé.

    Observation :

    Les espèces broméliacées s’élèvent en général en serres chaudes ou tempérées ; dans tous les cas, maintenir une température moyenne de 18° et une hygrométrie élevée (70-80%). Exposer ces plantes aux expositions claires mais non ensoleillées : il faut donc assurer un ombrage pendant l’été. Plusieurs mots sont utilisés pour désigner ce mode de multiplication : œilleton, synonyme d’éclat, rejeton, rejet. Les rejets ont un avantage sur les sujets issus de semis : ils fleurissent plus vite, souvent dès la première année, alors qu’en général il faut attendre 3 ans pour obtenir l’épanouissement des autres.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire Bouturages, semis et plantations<<<

    rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook

    votre commentaire