• Le colchique, couleur de cerne et de Lilas. Ne les oubliez pas ! Ces bulbes colorés prennent le relais des floraisons de l’été. De culture facile, ils reviendront chaque année.

    La plantation

    Les colchiques se plantent entre juin et octobre. Préparez le sol par un léger bêchage, ajoutez à la terre du jardin du sable et du terreau ordinaire. Disposez les cormus à 10 cm de profondeur plus ou moins régulièrement. Recouvrez de terre et tassez légèrement avec le pied. Arrosez. La floraison a lieu en septembre-octobre.

    Après la floraison

    Laissez les colchiques se régénérer pendant l’hiver, puis enlevez-les du sol au printemps et conservez-les dans un endroit sec

    Dangereux colchique

    Le colchique contient de la colchicine. Celle-ci, bien qu’utilisée en thérapeutique, est un poison bloquant la division cellulaire. L’intoxication par ingestion se manifeste par des troubles digestifs violents, des troubles sanguins et neurologiques. Il arrive fréquemment au bétail d’être intoxiqué. Une ingestion de 10 mg provoque des troubles chez l’homme ; au-delà de 40 mg, l’issue est fatale.

    Chanson du 'colchique dans les prés'

    Colchiques dans les prés

     fleurissent, fleurissent,

    Colchiques dans les pré : c’est la fin de l’été.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook

    votre commentaire
  • Le sol est encore chaud, pas trop humide, les plantes s'enracinent rapidement. La seconde quinzaine du mois est très favorable à la plantation. Si les plantes commandées arrivent en période de pluie, il est prudent d'éviter l'effet nocif du piétinement en sol humide en utilisant des planches sur lesquelles on marche pendant le travail. Disposer les plantes sur le sol, là où elles doivent être plantées. S'il y a du soleil ou du vent, conserver l'emballage jusqu'à la dernière minute. Défaire les emballages.

    Techniques de plantation

    Avec un transplantoir, creuser un trou proportionné en profondeur et superficie aux racines de la plante. Si le sol est sec, arroser comme il a été indiqué pour les plantations de printemps.

    Maintenir la plante verticale ramener la terre de façon qu'elle pénètre sur et entre les racines, jusqu'à revenir au niveau primitif. Tasser avec les doigts ou au talon. Vérifier alors que la plante n'est pas trop enfoncée, au maximum de 2 à 3 cm en dessous du niveau de plantation précédent, que l'on repère à un changement de couleur de la tige, là où elle devient racine. Ne pas enfoncer à plus de 2 cm sous la terre les plantes qui ne sont qu'un paquet de racines avec des bourgeons (pivoines, hostas, fougères, par exemple).

    Repérage des plantes

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Certaines espèces ne montreront aucun signe de reprise jusqu'au printemps. Pour ne pas oublier leur existence sous terre, signaler leur emplacement par une étiquette portant le nom de l'espèce et sa variété. On peut utiliser des étiquettes en bois, métal ou matière plastique sur lesquelles on écrit avec un crayon zincographique ou un stylo feutre à encre indélébile. Les plus durables sont celles où l'on grave ou imprime un nom. Une bonne étiquette est assez longue (20 cm) si elle est enfoncée dans le sol, plus courte si elle est attachée à un bâtonnet d'environ 30 cm de haut. Un petit bâton ou un bambou peut signaler chaque souche individuellement. On peut aussi entourer les différents sujets d'un petit sillon de 2 cm de profondeur, mais il a tendance à disparaître avec les intempéries. Si, pour quelque raison, une plante a besoin d'être déplacée, le faire ce mois-ci après qu'elle aura fleuri. Poursuivre le nettoyage des massifs, ne rabattre au sol que les tiges donnant un aspect sale. Supprimer les fleurs fanées et les mauvaises herbes qui lèvent encore. Diviser les vieilles souches qui se dégarnissent au centre. Ne replanter que les morceaux vigoureux.

    Préparation des massifs

    On peut bêcher le sol pour une plantation immédiate ou printanière, surtout en sol lourd. On retourne aussi les vieilles plantations qui demandent une remise en forme complète, à cause de leur développement exagéré ou de l'assaut des mauvaises herbes. Il faut être vigilant et ne pas laisser la moindre parcelle de mauvaises herbes vivaces. Seules les annuelles peuvent servir d'engrais vert et être enterrées sous 25 cm de terre. Ne replanter que la partie externe des grosses souches, rejeter le centre dont les vieilles racines sont épuisées. Mettre un peu d'engrais.

    Créer une nouvelle plate-bande

    Si l'on pense l'établir dans une pelouse, attendre octobre et même au-delà. Avant, la terre serait trop dure et trop sèche à retourner. Pour tracer un pourtour irrégulier, utiliser les courbes du tuyau d'arrosage, facile à modeler, puis bêcher la découpe avant d'attaquer le centre. On décape d'abord le gazon qui, mis en tas, mottes retournées, fournira un excellent amendement plus tard, une fois décomposé. Ne pas retourner de grosses mottes d'herbe dans le sol, leur décomposition est très lente, elles laissent entre elles des poches d'air qui favorisent le dessèchement à la belle saison et compliquent le travail de plantation. La terre du massif devra recevoir un amendement : fumier, compost, tourbe enrichie selon sa qualité et ses exigences ainsi qu'un engrais complet.

    Traitement en surface

    Après bêchage, briser les grosses mottes avec une houe rotative ou un croc. Attention! si l'on retourne la terre au motoculteur ou à la motobêche, il faut savoir que le travail est très superficiel, les mottes sont mal enterrées ce n'est qu'un travail préliminaire. Il faudra continuer par un travail manuel plus fin avant plantation.

    En zone méditerranéenne

    Nettoyer les vivaces. Continuer les travaux de multiplication, division et bouturage. Mettre en place les plantes qui seront ainsi bien enracinées au printemps et résisteront mieux à la sécheresse de l'été.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    votre commentaire
  • Nourrir les plantes qui n'ont pas un beau feuillage et une floraison abondante ou qui ne font pas de rejets sains. Ajouter de la tourbe ou du terreau de feuilles et un fumier bien décomposé à la couche de terre superficielle. Les petites racines nourricières sont très actives à cette époque.

    Plantations

    Toutes les variétés de bruyère peuvent être plantées ce mois-ci, si le sol n'est pas détrempé. On peut aussi laisser le terrain se reposer et planter en février s'il ne gèle pas ou plus généralement en mars, dès que le gel est terminé. Bêcher le terrain. Travailler à la fourche-bêche le sol préparé en septembre. Planter les nouveaux pieds.

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Bien mouiller les racines, si elles se dessèchent. Si les plants vous sont livrés à une période non propice à la plantation (pluie continue, par exemple), défaire le paquet et les disposer les uns contre les autres dans une caisse en recouvrant les racines de terre ou de tourbe. Mettre les caisses à l'abri du froid et du vent jusqu'à la plantation, arroser par temps sec.

    Où planter?

    Choisir un endroit dégagé, sans arbres. Toutes les bruyères doivent être plantées dans un terrain acide ou neutre, sauf celles qui supportent le calcaire. Sur un sol alcalin, ces variétés nécessiteront un surplus de tourbe ; sur les sols très calcaires, la couche de tourbe pourra atteindre 10 cm. Les distances de plantation varieront, selon les variétés, de 30 à 40 cm.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    votre commentaire
  • Si votre terrain est très humide, vous pouvez y installer des plantes pour le désengorger. Certaines absorbent plusieurs centaines de litres par jour !

    L’eupatoire :  (Eupatorium purpureum)

    Hauteur : 1 ou 2 m.

    Rusticité : - 21 °C.

    Feuillage : ovale et lancéolé.

    Floraison : ombelles roses de juillet à septembre.

    Sol : toujours frais, de préférence humide.

    Où le planter : en terrain marécageux. Les tiges dressées de cette vivace animent les berges d’une mare ou d’un petit étang. L’eupatoire supporte tout aussi bien le soleil que la mi-ombre.

    Distance de plantation : de 0.50 m à 1 m.

     

     

     

     

     

    L’osier doré : (Salix alba Var. ‘Vitellina’)

    Hauteur : entre 5 et 20 m. Sa croissance est très rapide.

    Rusticité : - 28°C.

    Feuillage : caduc, long et étroit, vert vif au revers d’un blanc soyeux.

    Floraison : mellifère, sous forme de chatons, en avril et mai.

    Sol : neutre à calcaire.

    Où le planter : de préférence au soleil, dans un endroit dégagé pour pouvoir admirer son bois rouge et décoratif en hiver.

    Distance de plantation : entre 2 et 5 m.

    La symphorine : (Symphoricarpos albus)

    Hauteur : entre 0.60 et 2 m.

    Rusticité : - 28°C.

    Feuillage : caduc.

    Floraison : blanche, elle est suivie de baies, de septembre à janvier.

    Sol : tous.

    Où la planter : cet arbuste aux petites feuilles vert tendre de forme arrondie se conduit en haie libre facilement.

    Distance de plantation : entre 0.50 et 1 m.

    Le houx caduc : (Ilex Verticillata)

    Hauteur : entre 1.80 et 3 m. Sa croissance est lente.

    Rusticité : - 28°C.

    Feuillage : caduc.

    Floraison : discrète, elle cède la place à des baies colorées dès septembre.

    Sol : frais, même humide.

    Où le planter : en isolé, cet arbuste produit de belles feuilles souples, légèrement dentées, pourpres au printemps, virant au jaune en automne. Installez au moins un pied mâle et un pied femelle pour réussir la fructification en automne.

    Distance de plantation : entre 1 et 2 m.

    Le miscanthus : (Miscanthus sacchariflorus)

    Hauteur : entre 0.80 et 2 m.

    Rusticité : - 21°C.

    Feuillage : étroit et retombant.

    Floraison : panicules pourpres, puis argentées, en septembre et en octobre.

    Sol : toujours frais, même humide.

    Où le planter : cette graminée rougeoyante à l’automne s’installe de préférence à une exposition ensoleillée.

    Distance de plantation : 60 cm.

    La spartine : (Spartina pectinata)

    Hauteur : entre 1.20 et 1.80 m.

    Rusticité : - 21°C.

    Feuillage : de longues feuilles retombantes et bordées d’or.

    Floraison : épis verts ornés d’étamines pourpres en août et septembre.

    Sol : toujours frais, même humide.

    Où la planter : parfaite autour d’un bassin, cette graminée forme des touffes élégantes toute l’année.

    Distance de plantation : 1.20 m.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire question jardin<<<

    rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook

    votre commentaire
  • Préparer les emplacements des haies si l'on ne l'a pas fait le mois dernier. Les plantes à haies commandées à temps doivent être livrées ce mois-ci. Planter immédiatement les arbustes à feuilles persistantes ; les arbustes à feuilles caduques peuvent être mis en jauge. Séparer les plants et enterrer les racines dans une petite tranchée en V, en disposant les plantes presque allongées, face au nord, pour qu'elles souffrent le moins possible du vent. Essayer de terminer la plantation des haies à feuilles persistantes avant le milieu du mois. Si ce n'est pas possible, il est préférable de reporter la plantation au printemps suivant.

    Plantations

    Utiliser une règle (ou un bâton) pour respecter les intervalles et un cordeau pour l'alignement. Si les mottes des racines ont moins de 15cm de diamètre et si le sol est assez meuble, utiliser un transplantoir pour creuser les trous. Si les mottes des racines sont plus grosses ou si le sol est grumeleux, utiliser une bêche. Faire chaque trou suffisamment large pour y étaler les racines et assez profond pour que les plantes soient mises en place comme indiqué ci-dessus (regarder la marque du niveau du sol sur la tige). Disposer les racines étalées et pointe en bas, ne pas les forcer ailes retourner.

    Racines

     

    Recouvrir les racines avec la terre enlevée du trou au préalable et après l'avoir très finement émiettée. Vérifier qu'il n'y a pas de poches d'air entre les racines en tassant d'abord avec les doigts puis avec le talon. Casser les mottes et niveler, cela facilite le binage. Bien arroser s'il n'y a pas de risque de gel ; le poids de l'eau tasse la terre, supprime les poches d'air.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires