• Semez l’œillet de poète

    Cet œillet à petite fleurs colorées est vivace, mais le plus souvent cultivé comme bisannuelle. Sa culture débute en été pour une floraison l’année suivante.

    1 - Choisissez un endroit abrité d’un soleil trop fort et des courants d’air. Réalisez un labour profond d’une vingtaine de centimètres pour ameublir le sol. Eliminez les cailloux et les racines des mauvaises herbes.

    2 - Emiettez finement le sol avec la griffe et fignolez avec le râteau. Vous pouvez semer à la volée, mais l’entretien des jeunes plants est plus facile si vous semez en ligne. Tendez un cordeau.

    3 - Le long du cordeau, tracez un sillon peu profond (1m) avec le manche du râteau. Si la terre est sèche, mouillez le fond du sillon. A l’aide d’un semoir manuel, répartissez les graines tout le long du sillon, en évitant de semer trop dru.

    4 -Utilisez les dents du râteau pour faire retomber la terre des bords du sillon. Tassez pour que les graines soient bien en contact avec le sol. Mouillez avec la pomme de l’arrosoir en veillant à ne pas découvrir les graines.

    Conseil

    Maintenez le sol toujours humide. Si le soleil est trop ardent, ombrez les jeunes plants avec un voile. Protégez-les aussi des attaques des limaces et des escargots.

    >>>Retourner au sommaire bouturage et semis<<<

    <script type="text/javascript">// <![CDATA[ google_ad_client = "pub-6793528516880032"; /* 468x15, date de création 06/11/09 */ google_ad_slot = "6068464107"; google_ad_width = 468; google_ad_height = 15; // ]]></script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    votre commentaire
  • <script type="text/javascript">// <![CDATA[ google_ad_client = "pub-6793528516880032"; /* 468x15, date de création 06/11/09 */ google_ad_slot = "6068464107"; google_ad_width = 468; google_ad_height = 15; // ]]></script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    Avant la reprise de la végétation, prévoyer un apport d’engrais pour arbres fruitiers, enrichi en oligo-élément : magnésium, fer, zinc, et bore qui, présent en faibles quantités, sont des éléments essentiels dans le processus de végétation. Epandez cet engrais au pied de vos fruitiers et enfouissez-le sur toute la surface de la ramure, soit en effectuant un labour, soit en réalisant des trous de 20 cm de profondeur pour qu’il soit proche des racines. En revanche, l’année prochaine, si vous constatez que le mal persiste, envisagez une analyse du sol afin de définir un remède plus adapté.
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire question jardin<<<


    votre commentaire
  • Continuer la suppression des fleurs fanées. Retirer les tuteurs et autres soutiens aux plantes ayant terminé leur floraison. Couper également les tiges des espèces qui fleurissent à profusion dès que la floraison est terminée, sinon le pied peut s’épuiser au détriment de la formation de nouveaux rejets.

     Renouveau des plates-bandes

    Bêcher les massifs envahis par les mauvaises herbes ou par des touffes devenues importantes, en sacrifiant des fleurs restantes. Avant de commander les plantes en pépinière, consulter la liste des meilleures plantes vivaces et faire un plan pour associer les plantes selon leur hauteur, leur forme, leur couleur et leur époque de floraison. Passer les commandes le plus tôt possible, car les pépiniéristes livrent celles-ci selon leur ordre d’arrivée. Si la commande ne peut être livrée pendant l’automne, demander qu’elle le soit au printemps pour éviter la période de froid, gel et neige. Evaluer d’abord la surface des massifs en mètres carrés. On compte environ de 5 à 6 plantes au mètre carré, un peu moins quand elles sont très vigoureuses, un peu plus pour les petites espèces. Les distances de plantation sont précisées pour chaque espèce dans des livres spécialisés en plantes vivaces. Pour une plantation de masse (à partir de 3 pieds par espèce et plus), planter un peu plus serré, mais laisser 25 % d’espace en plus autour de la tache pour qu’elle s’étale. Pour éviter les ennuis de cohabitation, juxtaposer des plantes aux mêmes exigences et dotées de la même vitesse de croissance. C’est très important, car certaines voraces poussent cinq fois plus vite que d’autres.

    Choix des plantes

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    Après avoir calculé combien de plantes le massif contiendra en se basant la moyenne de 5 au mètre carré, attribuer à chaque groupe une surface en respectant les distances de plantation. Dans un massif vu d’un seul côté, dégrader les hauteurs du fond jusqu’au premier rang et dans un îlot fleuri, du centre jusqu’aux bords. Pour éviter l’effet de plat (ou de régularité) trop prononcé, intercaler des plantes vigoureuses comme les hélénies ou des inflorescences en épis comme les sidalcées. De place en place, près du bord, disposer quelques espèces aux formes graphiques : hosta, kniphofia aux fleurs ou feuilles très décoratives. Dans la mesure du possible, varier les périodes de floraison des groupes qui se côtoient pour éviter d’avoir des surfaces nues.

    Un plan à l’échelle

    Une fois la sélection des espèces établie, dessiner le plan du massif à l’échelle sur un papier. Pour un plan détaillé, ne pas descendre en dessous de 1 cm par mètre. Préciser les plantes qui préfèrent être plantées au printemps.

    En zone méditerranéenne

    Les surveiller et les arroser. Commencer les semis et boutures.

    Cactées et plantes grasses

    Le bouturage est facile à la fin de l’été, faire sécher les plaies avant de repiquer les boutures.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    votre commentaire
  • Multiplier les rhododendrons par marcottage. Choisir un rejet sain et le couper jusqu’à la moitié en travers ou tordre la tige à 30 cm environ de l’extrémité. Maintenir fermement cette marcotte dans le sol par des pinces ou des fourches de bois, ou un fil de fer galvanisé recourbé, enfoncé d’une dizaine de centimètres et placé à cheval sur la tige. Deux ou trois ans après, le rejet marcotté aura produit suffisamment de racines pour être séparé de la plante mère. Le couper très près du nouveau pied. Si on a besoin d’autres bruyères, bouturer des rameaux secondaires ayant une nouvelle pousse à leur extrémité.

     

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=8D8D8D&s[co]=008000&t[cit]=1&n=20"></script>

    votre commentaire
  • Supprimer les fleurs fanées. Couper le plus court possible les tiges des fleurs à bouquets. Ne pas donner d’engrais au-delà d’août, car cela stimulerait une nouvelle pousse tardive qui n’arriverait pas à sa maturité avant l’hiver.

    Traitement contre les pucerons

    Pulvériser un insecticide s’il y a des pucerons verts. Traiter tous les 10 à 15 jours avec un fongicide approprié contre la maladie des taches noires, l’oïdium et la rouille. Consulter les catalogues des rosiéristes et commander dès maintenant les nouveaux rosiers qui seront livrés à l’automne, ou visiter certaines pépinières spécialisées et choisir sur place.

    En zone méditerranéenne

    Les rosiers sont toujours au repos. A partir du 15 août, on peut les tailler assez longs pour préparer la floraison d’automne, après les premières pluies.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=88546913ae"></script>

    >>>Sommaire actu jardin<<<

    rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook rejoindre le groupe officiel de jardiner facile sur facebook

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires